© chamrousse.info 2006-2022 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
biographie du Père Tasse : article de Le Gaulois littéraire et politique
article du 21 mai 1894 (source gallica.bnf.fr/BnF) signé SILVESTRIS.
UN BUREAU DE TABAC S. V. P. Rencontré,   sur   le   boulevard,   le   père   Tasse,   que   le   prince   Alexandre   Bibesco   a   surnommé   le   «   vieux   de   la   montagne   ». Un   vieillard   de   soixante-treize   ans,   taillé   dans   un   chêne,   avec   une   belle   figure   de   patriarche,   énergique   et   calme,   une   longue   et large   barbe   blanche,   pantalon,   gilet   et   veston   de   bouracan   feuille-morte   et   chapeau   mou   assorti   aux   ailes   immenses.   Propre comme un sou neuf de la tête aux pieds. Tous les passants le regardent et il ne semble pas s'en apercevoir. — Comment, c'est vous, père Tasse ? — Oui, mon bon monsieur. — Et que diable faites-vous ici ? Vous avez l'air d'être sur le boulevard comme chez vous. —   C'est   pourtant   la   première   fois   que   je   viens   à   Paris,   mon   bon   monsieur.   J'ai   perdu   ma   femme,   il   y   a   quelque   temps,   et   quitté mon   chalet   de   Champrousse,   et   l'envie   m'a   pris   d'aller   faire   un   tour   dans   mon   pays   du   Mans,   que   je   n'ai   pas   revu   depuis soixante ans. — Soixante ans ? —   Je   suis   parti   du   Mans   en   1834   pour   faire   mon   tour   de   France,   comme   ouvrier   sabotier.   Le   hasard   m'a   conduit   à   Grenoble   en 1845, je m'y suis marié et j’en sors pour la première fois. * * * Les   Alpes   dauphinoises   avaient   séduit   le   sabotier   Tasse,   —   que   là-bas   tout   le   monde   connaît   et   appelle   le   père   Tasse, —   et   il   ruminait,   dans   son   esprit   de   sabotier,   plein   de   sens   et   de   finesse,   d'y   laisser   trace   de   son   passage.   Longtemps   il   rumina et   enfin,   en   1865,   il   put   mettre   son   projet   à   exécution   :   bâtir   un   petit   chalet   en   planches   mal   jointes,   adossé   à   un   rocher,   au- dessus   d'Uriage,   à   2,000   mètres   d'altitude.   J'ai   assisté   à   l’inauguration   de   ce   chalet,   il   y   a   vingt-neuf   ans,   et   ce   chalet   a   été   le point   de   départ   de   toute   une   révolution   dans   ces   montagnes   :   leur   accessibilité   aux   touristes,   qui   n'y   trouvaient   jusqu'alors   ni   une botte   de   paille   pour   passer   la   nuit,   ni   une   omelette   à   se   mettre   sous   la   dent,   et   qui   commencent   maintenant   à   déserter   pour   elles la Suisse et le Tyrol. En   abandonnant   son   chalet   de   Champrousse,   vieux   et   veuf,   et   pas   plus   riche   qu'il   n'y   était   entré,   le   père   Tasse   a   raconté ses   souvenirs   à   un   de   nos   confrères,   M.   Henri   Vincent,   mort   il   y   a   quelques   mois   en   Amérique,   où   il   était   allé   visiter   l'exposition de   Chicago.   M.   Henri   Vincent   a   rédigé   et   réuni   ces   souvenirs   en   un   petit   volume   intitulé   :   Les   vingt-deux   années   du   père   Tasse   à Champrousse. Le volume a été tiré à quelques milliers d'exemplaires. Mais il en restait un stock. C'est   alors   que   le   père   Tasse,   voulant   revoir   son   pays   du   Mans,   mit   son   sac   sur   son   dos   et   se   dirigea   vers   Paris.   Il   a   mis quatre   mois   pour   venir   à   Paris,   visitant   quarante   villes,   plaçant   ses   bouquins   chez   les   alpinistes   qu'il   rencontrait   sur   sa   route.   Il en   a   vendu   six   cents,   dont   le   prix   lui   a   permis   de   vivre   pendant   ces   quatre   mois,   de   voir   enfin   la   grand'ville   et   de   pouvoir   gagner la cité des poulardes. Il ne lui en reste plus aujourd'hui un seul exemplaire. * * * Les vingt-deux années du père Tasse à Champrousse sont remplies d'anecdotes amusantes. Champrousse   n'était   habitable   que   de   juin   à   octobre,   et   encore,   pendant   ces   quatre   mois,   y   tombait-il   souvent   de   la neige,   les   nuits   y   étaient-elles   glaciales.   Mais   quelle   vue   merveilleuse   sur   une   forêt   de   pics   aux   formes   les   plus   pittoresques   ! quel   ciel   d'Italie   !   quel   air   pur   !   quel   tapis   de   rhododendrons   et   de   gentianes   tout   autour   de   la   cabane   du   père   Tasse   !   quelle poésie   dans   cette   musique   du   vent   à   travers   les   sapins   et   dans   le   son   des   clochettes   des   troupeaux   !   quelle   paix   !   quelle solitude ! En   novembre   1887,   un   chasseur   avertit   le   père   Tasse,   dejà   redescendu   au   pied   de   Champrousse,   dans   son   village   de Séchilienne,   où   il   hivernait   alors   que   les   fenêtres   de   sa   cabane   étaient   défoncées.   Quel   maraud   a   pu   faire   le   coup   ?   Le   père Tasse   prend   à   son   bras   un   panier   garni   de   provisions   et   monte   à   sa   cabane,   enfonçant   dans   la   neige   jusqu'au   genou.   Arrivé   à quelques mètres, il aperçoit sur le seuil une ourse étendue au soleil, pendant que son ourson gambade tout autour. Les   ours   de   ces   montagnes   sont   de   petits   ours   bruns,   la   plupart   inoffensifs,   et   que   les   ménagères   chassent   à   coups   de balai,   quand   ils   viennent   manger   les   pommes   de   leur   verger   ou   le   miel   des   ruches   adossées   à   leur   étable.   A   la   vue   de   ce   beau patriarche    barbu,    l'ourse    se    relève    un    peu    sur    ses    pattes    de    devant,    le    regarde    dédaigneusement    et    reprend    sa    pose nonchalante   et   sa   rêverie.   Le   père   Tasse   s'assied   sur   une   pierre,   se   met   à   déjeuner   et   attend   patiemment   qu'enfin   l’ourse   et   son ourson éprouvent le besoin de faire un petit tour. Quand ses deux hôtes ont pris le large : — Au plaisir ! leur dit-il. Et il prend possession de sa cabane. Le   père   Tasse   a   la   fantaisie   de   passer   l'hiver   de   1883-1884,   avec   sa   femme,   dans   cette   cabane.   Ils   font   les   provisions nécessaires   et   se   voient   bientôt   bloqués   par   les   neiges.   De   temps   à   autre,   leur   chien   les   avertit,   par   ses   hurlements,   de l'approche   d’un   ours   ou   d'un   renard   venant   flairer   le   poulailler.   Mais   bientôt   l'eau   leur   manque,   et   il   leur   faut   faire   fondre   de   la neige.   Le   bois   lui-même   devient   rare.   Le   cyclone   tourbillonne   autour   de   la   cabane.   L’air   glacé   entre   de   toute   part.   Ils   ont   des étourdissements, des saignements de nez et d’oreilles, et un malaise les envahit, qui leur fait croire à la mort. Savez-vous   quelle   est,   à   ce   moment,   leur   préoccupation,   préoccupation   qu'ils   se   cachent   l'un   à   l'autre,   mais   que   tous deux   lisent   sur   leur   figure   ?   Mon   mari   ou   ma   femme   va   mourir,   et   je   vais   être   obligé   de   traîner   son   cadavre   hors   de   la   cabane, sur   la   neige,   et   de   l'avoir   là,   sous   mes   yeux,   jusqu'au   retour   du   printemps   !   Mme   Tasse   avait   alors   soixante-douze   ans,   dix   ans de plus que son mari. Ils se jurèrent qu'on ne les y reprendrait plus. * * * Depuis   1865,   je   suis   monté   trois   fois   à   Champrousse   —   l’anfractuosité   de   rocher   où   est   encastrée   la   cabane   du   père Tasse s'appelle la Roche-Béranger — et j'y ai lu gravé à la pointe d'un couteau ce petit quatrain : A Roche-Béranger, Chez le bon père Tasse, On est bien mieux logé Qu'au sommet du Parnasse. Nous   partions   sur   des   ânes   de   l'un   des   villages     qui     s'étendent,     au     pied   de   la   montagne   de   Champrousse,   entre   Uriage et   le   château   de   M.   Casimir-Perier   (*),   à   Vizille,   à   la   tombée   de   la   chaleur,   de   quatre   à   cinq   heures   après   midi,   et   nous     arrivions, sur   les   neuf   heures,   à   la   cabane   du   père   Tasse.   Le   chemin   est   un   sentier   en   zigzags   sous   les   noyers   d'abord,   sous   les   chênes ensuite,   plus   haut   sous   les   sapins,   et   à   quelques   centaines   de   mètres   de   la   cabane,   à   travers   des   prairies   naturelles   tout émaillées   de   fleurs   et   où   se   dressent   comme   des   spectres,   des   sapins   frappés   par   la   foudre,   dépouillés   de   leur   écorce   et   au tronc blanchi. Notre   guide   faisait   de   sa   main   fermée   un   porte-voix   et   poussait   quelques   :   hou   !   hou   !   auxquels   répondaient   les clochettes   des   vaches   et   des   moutons   surpris   dans   leur   pâturage,   et   les   aboiements   du   chien   du   père   Tasse,   qui   arrivait,   le   poil hérissé,   en   reconnaissance.   Puis,   une   lumière   falotte   ne   tardait   pas   à   paraître   là-haut,   à   travers   les   vapeurs   blanches   s'élevant de la montagne : c'était le père Tasse, avec un lumignon, sur le seuil de sa cabane. Un   bon   feu   pétillant   nous   attendait.   Mme   Tasse   se   mettait   au   fourneau.   Et   quelques   instants   après,   nous   avions   sur notre   table   du   beurre,   une   omelette,   un   cuissot   de   chamois,   un   poulet   sauté,   une   salade,   du   fromage   à   la   crème,   des   fraises,   du vin   du   Graisivaudan,   le   tout   délicieux   et   rendu   plus   délicieux   encore   par   l’appétit   formidable   que   nous   avait   donné   notre ascension. La   nuit   passée   dans   des   cellules   borgnes,   bien   peletonnés   dans   nos   couvertures,   et   dès   la   pointe   du   jour,   nous enfourchions   de   nouveau   nos   ânes   et   nous   voilà   partis   pour   la   croix   de   Champrousse   ou   pour   le   rocher   de   l’Homme,   propriété du général de Chabaud-la-Tour, d’où l’on jouit d’une des plus belles vues qui soient en Europe. * * * Mais   aujourd'hui,   sans   le   père   Tasse,   Champrousse   n’est   plus   Champrousse.   Quand   le   pauvre   père   Tasse   sera   revenu du Mans et rentré à Grenoble, que fera-t-il et de quoi vivra-t-il ? Il   a   écrit   au   président   de   la   république   pour   lui   demander   un   bureau   de   tabac,   d'où   il   puisse   encore   voir   sa   chère   montagne de Champrousse et qui lui assure le pain de ses vieux jours. -   En   même   temps,   me   disait-il,   j'ai   envoyé   mon   portrait   à   M.   le   président,   pour   que   M.   le   président   voie   comment   je   suis   fait et à qui il a affaire. SILVESTRIS (*) le château appartint à la famille Casimir-Perier jusqu’en 1895. Il fut acheté par l’Etat en 1924 (note de la rédaction)
© chamrousse.info 2006-2022 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
biographie du Père Tasse : article Le Gaulois
article du 21 mai 1894 (source gallica.bnf.fr/BnF) signé SILVESTRIS.
UN BUREAU DE TABAC S. V. P. Rencontré,   sur   le   boulevard,   le   père   Tasse,   que   le   prince   Alexandre Bibesco   a   surnommé   le   «   vieux   de   la   montagne   ».   Un   vieillard   de   soixante- treize    ans,    taillé    dans    un    chêne,    avec    une    belle    figure    de    patriarche, énergique   et   calme,   une   longue   et   large   barbe   blanche,   pantalon,   gilet   et veston    de    bouracan    feuille-morte    et    chapeau    mou    assorti    aux    ailes immenses.   Propre   comme   un   sou   neuf   de   la   tête   aux   pieds.   Tous   les passants le regardent et il ne semble pas s'en apercevoir. — Comment, c'est vous, père Tasse ? — Oui, mon bon monsieur. —     Et   que   diable   faites-vous   ici   ?   Vous   avez   l'air   d'être   sur   le   boulevard comme chez vous. —   C'est   pourtant   la   première   fois   que   je   viens   à   Paris,   mon   bon   monsieur. J'ai    perdu    ma    femme,    il    y    a    quelque    temps,    et    quitté    mon    chalet    de Champrousse,   et   l'envie   m'a   pris   d'aller   faire   un   tour   dans   mon   pays   du Mans, que je n'ai pas revu depuis soixante ans. — Soixante ans ? —   Je   suis   parti   du   Mans   en   1834   pour   faire   mon   tour   de   France,   comme ouvrier   sabotier.   Le   hasard   m'a   conduit   à   Grenoble   en   1845,   je   m'y   suis marié et j’en sors pour la première fois. * * * Les   Alpes   dauphinoises   avaient   séduit   le   sabotier   Tasse,   —   que   là- bas   tout   le   monde   connaît   et   appelle   le   père   Tasse,   —   et   il   ruminait,   dans son   esprit   de   sabotier,   plein   de   sens   et   de   finesse,   d'y   laisser   trace   de   son passage.   Longtemps   il   rumina   et   enfin,   en   1865,   il   put   mettre   son   projet   à exécution   :   bâtir   un   petit   chalet   en   planches   mal   jointes,   adossé   à   un rocher,    au-dessus    d'Uriage,    à    2,000    mètres    d'altitude.    J'ai    assisté    à l’inauguration   de   ce   chalet,   il   y   a   vingt-neuf   ans,   et   ce   chalet   a   été   le   point de   départ   de   toute   une   révolution   dans   ces   montagnes   :   leur   accessibilité aux   touristes,   qui   n'y   trouvaient   jusqu'alors   ni   une   botte   de   paille   pour passer   la   nuit,   ni   une   omelette   à   se   mettre   sous   la   dent,   et   qui   commencent maintenant à déserter pour elles la Suisse et le Tyrol. En   abandonnant   son   chalet   de   Champrousse,   vieux   et   veuf,   et   pas plus   riche   qu'il   n'y   était   entré,   le   père   Tasse   a   raconté   ses   souvenirs   à   un de   nos   confrères,   M.   Henri   Vincent,   mort   il   y   a   quelques   mois   en   Amérique, où   il   était   allé   visiter   l'exposition   de   Chicago.   M.   Henri   Vincent   a   rédigé   et réuni   ces   souvenirs   en   un   petit   volume   intitulé   :   Les   vingt-deux   années   du père    Tasse    à    Champrousse.    Le    volume    a    été    tiré    à    quelques    milliers d'exemplaires. Mais il en restait un stock. C'est   alors   que   le   père   Tasse,   voulant   revoir   son   pays   du   Mans,   mit son   sac   sur   son   dos   et   se   dirigea   vers   Paris.   Il   a   mis   quatre   mois   pour   venir à   Paris,   visitant   quarante   villes,   plaçant   ses   bouquins   chez   les   alpinistes qu'il   rencontrait   sur   sa   route.   Il   en   a   vendu   six   cents,   dont   le   prix   lui   a permis   de   vivre   pendant   ces   quatre   mois,   de   voir   enfin   la   grand'ville   et   de pouvoir   gagner   la   cité   des   poulardes.   Il   ne   lui   en   reste   plus   aujourd'hui   un seul exemplaire. * * * Les   vingt-deux   années   du   père   Tasse   à   Champrousse   sont   remplies d'anecdotes amusantes. Champrousse    n'était    habitable    que    de    juin    à    octobre,    et    encore, pendant   ces   quatre   mois,   y   tombait-il   souvent   de   la   neige,   les   nuits   y étaient-elles   glaciales.   Mais   quelle   vue   merveilleuse   sur   une   forêt   de   pics aux   formes   les   plus   pittoresques   !   quel   ciel   d'Italie   !   quel   air   pur   !   quel   tapis de   rhododendrons   et   de   gentianes   tout   autour   de   la   cabane   du   père   Tasse !   quelle   poésie   dans   cette   musique   du   vent   à   travers   les   sapins   et   dans   le son des clochettes des troupeaux ! quelle paix ! quelle solitude ! En    novembre    1887,    un    chasseur    avertit    le    père    Tasse,    dejà redescendu   au   pied   de   Champrousse,   dans   son   village   de   Séchilienne,   il   hivernait   alors   que   les   fenêtres   de   sa   cabane   étaient   défoncées.   Quel maraud   a   pu   faire   le   coup   ?   Le   père   Tasse   prend   à   son   bras   un   panier garni    de    provisions    et    monte    à    sa    cabane,    enfonçant    dans    la    neige jusqu'au   genou.   Arrivé   à   quelques   mètres,   il   aperçoit   sur   le   seuil   une   ourse étendue au soleil, pendant que son ourson gambade tout autour. Les   ours   de   ces   montagnes   sont   de   petits   ours   bruns,   la   plupart inoffensifs,   et   que   les   ménagères   chassent   à   coups   de   balai,   quand   ils viennent    manger    les    pommes    de    leur    verger    ou    le    miel    des    ruches adossées   à   leur   étable.   A   la   vue   de   ce   beau   patriarche   barbu,   l'ourse   se relève   un   peu   sur   ses   pattes   de   devant,   le   regarde   dédaigneusement   et reprend   sa   pose   nonchalante   et   sa   rêverie.   Le   père   Tasse   s'assied   sur   une pierre,   se   met   à   déjeuner   et   attend   patiemment   qu'enfin   l’ourse   et   son ourson   éprouvent   le   besoin   de   faire   un   petit   tour.   Quand   ses   deux   hôtes ont pris le large : — Au plaisir ! leur dit-il. Et il prend possession de sa cabane. Le   père   Tasse   a   la   fantaisie   de   passer   l'hiver   de   1883-1884,   avec   sa femme,   dans   cette   cabane.   Ils   font   les   provisions   nécessaires   et   se   voient bientôt   bloqués   par   les   neiges.   De   temps   à   autre,   leur   chien   les   avertit,   par ses   hurlements,   de   l'approche   d’un   ours   ou   d'un   renard   venant   flairer   le poulailler.   Mais   bientôt   l'eau   leur   manque,   et   il   leur   faut   faire   fondre   de   la neige.   Le   bois   lui-même   devient   rare.   Le   cyclone   tourbillonne   autour   de   la cabane.   L’air   glacé   entre   de   toute   part.   Ils   ont   des   étourdissements,   des saignements   de   nez   et   d’oreilles,   et   un   malaise   les   envahit,   qui   leur   fait croire à la mort. Savez-vous     quelle     est,     à     ce     moment,     leur     préoccupation, préoccupation   qu'ils   se   cachent   l'un   à   l'autre,   mais   que   tous   deux   lisent   sur leur   figure   ?   Mon   mari   ou   ma   femme   va   mourir,   et   je   vais   être   obligé   de traîner   son   cadavre   hors   de   la   cabane,   sur   la   neige,   et   de   l'avoir   là,   sous mes   yeux,   jusqu'au   retour   du   printemps   !   Mme   Tasse   avait   alors   soixante- douze   ans,   dix   ans   de   plus   que   son   mari.   Ils   se   jurèrent   qu'on   ne   les   y reprendrait plus. * * * Depuis     1865,     je     suis     monté     trois     fois     à     Champrousse     l’anfractuosité    de    rocher    où    est    encastrée    la    cabane    du    père    Tasse s'appelle   la   Roche-Béranger   —   et   j'y   ai   lu   gravé   à   la   pointe   d'un   couteau   ce petit quatrain : A Roche-Béranger, Chez le bon père Tasse, On est bien mieux logé Qu'au sommet du Parnasse. Nous   partions   sur   des   ânes   de   l'un   des   villages     qui     s'étendent,     au   pied   de   la   montagne   de   Champrousse,   entre   Uriage   et   le   château   de   M. Casimir-Perier   (*),   à   Vizille,   à   la   tombée   de   la   chaleur,   de   quatre   à   cinq heures   après   midi,   et   nous     arrivions,   sur   les   neuf   heures,   à   la   cabane   du père   Tasse.   Le   chemin   est   un   sentier   en   zigzags   sous   les   noyers   d'abord, sous    les    chênes    ensuite,    plus    haut    sous    les    sapins,    et    à    quelques centaines   de   mètres   de   la   cabane,   à   travers   des   prairies   naturelles   tout émaillées   de   fleurs   et   où   se   dressent   comme   des   spectres,   des   sapins frappés par la foudre, dépouillés de leur écorce et au tronc blanchi. Notre    guide    faisait    de    sa    main    fermée    un    porte-voix    et    poussait quelques   :   hou   !   hou   !   auxquels   répondaient   les   clochettes   des   vaches   et des   moutons   surpris   dans   leur   pâturage,   et   les   aboiements   du   chien   du père    Tasse,    qui    arrivait,    le    poil    hérissé,    en    reconnaissance.    Puis,    une lumière   falotte   ne   tardait   pas   à   paraître   là-haut,   à   travers   les   vapeurs blanches    s'élevant    de    la    montagne    :    c'était    le    père    Tasse,    avec    un lumignon, sur le seuil de sa cabane. Un    bon    feu    pétillant    nous    attendait.    Mme    Tasse    se    mettait    au fourneau.    Et    quelques    instants    après,    nous    avions    sur    notre    table    du beurre,   une   omelette,   un   cuissot   de   chamois,   un   poulet   sauté,   une   salade, du    fromage    à    la    crème,    des    fraises,    du    vin    du    Graisivaudan,    le    tout délicieux   et   rendu   plus   délicieux   encore   par   l’appétit   formidable   que   nous avait donné notre ascension. La   nuit   passée   dans   des   cellules   borgnes,   bien   peletonnés   dans   nos couvertures,   et   dès   la   pointe   du   jour,   nous   enfourchions   de   nouveau   nos ânes   et   nous   voilà   partis   pour   la   croix   de   Champrousse   ou   pour   le   rocher de   l’Homme,   propriété   du   général   de   Chabaud-la-Tour,   d’où   l’on   jouit   d’une des plus belles vues qui soient en Europe. * * * Mais    aujourd'hui,    sans    le    père    Tasse,    Champrousse    n’est    plus Champrousse.   Quand   le   pauvre   père   Tasse   sera   revenu   du   Mans   et   rentré à Grenoble, que fera-t-il et de quoi vivra-t-il ? Il   a   écrit   au   président   de   la   république   pour   lui   demander   un   bureau   de tabac,   d'où   il   puisse   encore   voir   sa   chère   montagne   de   Champrousse   et qui lui assure le pain de ses vieux jours. -    En    même    temps,    me    disait-il,    j'ai    envoyé    mon    portrait    à    M.    le président,   pour   que   M.   le   président   voie   comment   je   suis   fait   et   à   qui   il   a affaire. SILVESTRIS (*) le château appartint à la famille Casimir-Perier jusqu’en 1895. Il fut acheté par l’Etat en 1924 (note de la rédaction)